La véritable histoire du 8 décembre

Spectacle de marionnettes

Ecrit, mise en jeu et en image par Jörg Bendrat

 

La pièce

Sur un ton plutôt humoristique, la pièce raconte fidèlement l’histoire de la Fête des Lumières, depuis ses origines liées aux épidémies de peste du XVIIe siècle jusqu’à la construction de la basilique de Notre-Dame-de-Fourvière, en passant par la Révolution, l’essor de la production de soie et l’inauguration de la statue de la Vierge en 1852.

Cette histoire est présentée sous forme d’un récit accompagné de scènes muettes (la peste, la Vierge, les révolutions…) et rythmé par des scènes dialoguées (le vœu des échevins, Guignol et Gnafron, des bourgeois, le cardinal archevêque…).

Créé par Jörg Bendrat le 8 décembre 2005 avec le soutien de la Mairie du 1er arrondissement de Lyon, ce spectacle a été joué par Excès Terra Compagnie plus de 50 fois dans six arrondissements devant près de 6 000 spectateurs de tous âges.

 

Une technique orientale

Il s’agit d’un spectacle d’ombres multicolores accompagné d’une narration : sur un écran rétroéclairé de 180 cm de largeur et 100 cm de hauteur, apparaissent en couleur les ombres de marionnettes découpées dans des feuilles de plexiglas, coloriées avec de la peinture transparente et manipulées par derrière grâce à des baguettes. Cette technique s’inspire du théâtre d’ombres turc (« théâtre Karagöz ») et elle fait l’effet d’un dessin animé.

 

Extrait de texte

Narratrice :      En 1643, les Lyonnais n’en peuvent plus. En quinze ans, la peste a ravagé la ville déjà cinq fois. Les médecins sont impuissants. Dans ces conditions, les échevins – aujourd’hui on dirait : les Conseillers Municipaux – ne savent plus à quel saint se vouer.

Échevin 1 :      Bon, Messieurs, à quel saint va-t-on se vouer ?
Échevin 2 :      Moi, je suis pour Saint-Étienne parce qu’il a guéri une
foule de malades dès son vivant.
Échevin 3 :      Non, il est trop spécialisé sur la moelle, celui-là. Je
pense qu’il faut se vouer à Saint-André, car il connaît
toutes sortes de démons.
Échevin 2 :      N’importe quoi ! Mieux vaut encore se vouer à Saint-
Grégoire qui, lui, est un vrai spécialiste de la peste !
Échevin 4 :      Tout cela ne servira à rien. À mon avis, il ne faut se
vouer à aucun saint !
Échevin 3 :      Dites donc, vous ne seriez pas un peu protestant sur les
bords ?
Échevin 4 :      Il ne faut pas se vouer à un saint, mais à une sainte !
Échevin 1 :      Excusez-moi, cher confrère, mais il s’agit ici d’une
affaire par trop sérieuse pour la confier à une femme !
Échevin 4 :      Mais Messieurs, je ne parle pas de n’importe quelle
femme, soyons sérieux, je parle de la Vierge Marie !

La véritable histoire du 8 décembre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s